La dépendance affective

 

 

 

 

La dépendance affective.

 

 

 

 

La dépendance affective.

Lors de votre prochaine rencontre.

Vous vous demandez si vous êtes en dépendance et, pire, comment repérer ceux qui le sont afin de les éviter.

Voici 5 questions à poser à votre nouvelle conquête, dans les tous débuts de la rencontre, pour détecter la dépendance affective :

1) Ses relations avec ses parents.

Si la personne aime ses parents, tout va bien.

Si elle les déteste, tout va mal : ça sent la dépendance affective à plein nez

2) Ses relations avec ses ex .

Si elle vous dit « tous des ceci » ou « toutes des cela », elle se pose en victime et attire tout le temps des personnes en dépendance qui l'ont faite souffrir, sauvez-vous !

Si elle répond qu'elle a beaucoup souffert mais qu'elle a lu et fait un coaching pour comprendre pourquoi ses relations ne fonctionnaient pas et qu'elle a réglé ça, c'est bon !

3) Sa vision du couple.

Si c'est la même que la vôtre, tout va bien.

Si elle vous répond : chacun chez soi ou chacun pour soi, ce n'est pas une vie de couple, c'est une vie sexe fast food !

4) Où se voit la personne dans 5 ans ?

Si elle se voit en famille, heureuse, avec de beaux projets à deux voire avec plusieurs enfants, c'est un bon point.

Si elle se voit sur un beau voilier, seule, dans les mers du sud, ou sur un plateau désertique en train d'élever des chèvres, seule aussi, vous ne faites pas partie du décor ni de son avenir !

5) Quels sont ses regrets ?

Si elle regrette d'avoir divorcé, vous allez faire ménage à trois ! Ou si elle regrette de ne pas avoir fait d'études, ou de ne pas avoir fait quoi que ce soit, ça sent l'aigreur à plein nez !

Si elle vous dit, comme le chantait si bien Piaf « non, rien de rien, non je ne regrette rien ! », alors vous avez devant vous une personne qui croque la vie et le présent au lieu de pleurer sur son passé.

D'autre exemples :

"Je t'assure j'étais prêt à partir au Liban, j'avais fait mes bagages et depuis je ne les ai plus défaits."

"Vous pensez passer les fêtes de fin d'année avec votre ami et il vous dit...pour cet hiver j'ai prévu de me remettre sur pied avec mon ostéopate."

Dans ces exemples vous ne faites nullement partie de la vie de cette personne car il vit dans le passé.

Et vous ne faites pas non plus partie de ses projets.

Alors n'attendez pas et n'ayez aucun regret, cela ne vous mènera nulle part.

 

Et si vous voulez en savoir plus, lisez « Le syndrome de Tarzan » (Béliveau éditeur) !

Extrait du site "Pascale Piquet.com

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×