Chromothérapie : se soigner par la couleur



 

 

Chromothérapie

 

se soigner par les couleurs !

 

 

 

Couleurs

 

 

Connue depuis l’Egypte ancienne, la pratique des soins par les couleurs permet d’équilibrer un organe, apaiser une douleur ou un déséquilibre émotionnel en utilisant les qualités vibratoires propres à chaque nuance de couleur. Voyage au coeur de l’arc-en-ciel…

 

Plus connu sous le nom d’Avicenne, Ibn Sinâ [980 - 1037], était un philosophe, écrivain, médecin et scientifique perse. Ses disciples l’appelaient Cheikh el-Raïs, prince des savants, le Maître par excellence.

Avicenne enseignait que la couleur avait une importance vitale pour le diagnostic et le traitement des maladies. Il a d’ailleurs rédigé d’importantes contributions à la chromathérapie dans le Canon de la médecine, où il élabore un des premiers tableaux établissant les relations entre la couleur et la température du corps, ainsi que l’état physique. Il soulignait que le choix d’une couleur contraire à une maladie spécifique avait pour conséquence une diminution des symptômes.

A titre d’exemple, il faisait observer qu’une personne qui saignait ne devait pas regarder des objets de couleur rouge vif et ne devait pas être exposée à une lumière rouge, parce que cette vision stimulait l’humeur sanguine, alors que le bleu la calmait et diminuait l’écoulement du sang.

Plus récemment, l’approche et les expériences de Jean-Michel Weiss enrichirent les bases de la chromothérapie. originaire d’Alsace, il conçut en 1972 un appareil capable de générer jusqu’à 999 nuances colorées. La curiosité l’amena à utiliser l’appareil pour projeter sur lui-même des programmes colorés qui entraînèrent des effets profonds sur son organisme, confirmés par des médecins et analyses de laboratoire.

En 1980, la rencontre avec le Prof. Pinel, pionnier en chronobiologie, lui permit de constater l’effet physique des couleurs sur le sang, jusqu’à en modifier la formule ! Ainsi, par ses expériences de projections colorées, Jean-Michel Weiss découvrit qu’il était possible d’agir et donc de rééquilibrer nos enveloppes vibratoires sensibles et nos régulateurs énergétiques que sont les chakras et les méridiens d’acupuncture. La chromothérapie moderne était née !
 

 

Couleur, spectre & onde

 

Avant d’entrer dans le vif du sujet, il serait bon de rappeler quelques notions de base. La couleur est bien entendu entièrement dépendante de la lumière et la lumière est une onde électromagnétique au même titre que le courant qui alimente nos maisons. Alors que le spectre électromagnétique va de 1 hertz à plusieurs milliers de gigahertz, la lumière visible par l’oeil humain ne représente qu’une infime fenêtre de ce spectre : de 385 thz à 750 thz.
Certains animaux sont sensibles à d’autres fractions du spectre et rien n’empêche d’imaginer que si nos yeux étaient sensibles à d’autres fréquences, nous pourrions voir d’autres couleurs ou mêmes les ondes radio !
Lorsque nous observons un objet, celuici réfléchit une partie de la lumière qu’il reçoit et en absorbe une autre. Si un objet éclairé d’une lumière blanche réfléchit la totalité des fréquences reçues, il nous apparaîtra blanc. S’il réfléchit uniquement la fréquence correspondant à l’orange et absorbe toutes les autres, il nous apparaîtra orange.

 

Des propriétés curatives

On octroie aux couleurs des propriétés curatives différentes selon leur longueur d’onde spécifique. Celles-ci agissent essentiellement sur 3 axes : au niveau physique, elles peuvent rééquilibrer un organe de façon directe ; au niveau émotionnel, elles agissent quand on les valorise dans l’environnement immédiat de la personne à traiter ; enfin, au niveau symbolique, elles peuvent avoir un effet direct sur l’aspect mental d’un individu.
Dans certaines approches, le chromothérapeute utilise des notions d’acupuncture pour amplifier les effets bénéfiques des couleurs. Certaines cliniques spécialisées dispensent aussi des nuances de couleurs orientées et concentrées, sous forme de rayons lumineux, sur les parties du corps à traiter. Certains patients perçoivent un léger frissonnement sous le rayon lumineux, comme si la zone du corps était stimulée ou apaisée par le phénomène de la couleur.

Retenons surtout que les couleurs interagissent avec notre corps au travers de deux voies différentes mais complémentaires : la voie cellulaire et la voie aurique [rayonnement des corps subtils] afin de permettre au corps d’effectuer un travail de régénération énergétique et rétablir une relation harmonieuse avec son environnement et la nature.

 

Applications thérapeutiques

Voici sommairement les vertus que l’on associe aux couleurs les plus utilisées en chromothérapie :

Violet : on le recommande pour sa puissance thérapeutique pour purifier le sang, éliminer les toxines, désengorger le foie, stimuler le bon fonctionnement de la rate et pour renforcer le système immunitaire. Dans une perspective émotionnelle, le violet est également utilisé pour calmer les états coléreux et éveiller l’inspiration.

Indigo : on lui prête un pouvoir anesthésique, idéal dans les cas de maux de tête, d’angine, de rage de dents ou de rhumatismes sévères. on dit aussi de l’indigo qu’il aide à mettre en avant les capacités intuitives.

Bleu : on l’utilise pour apaiser la plupart des cas de crise. Souvent efficace auprès des gens en proie à des troubles psychologiques avec anxiété grave, le bleu a aussi un effet antispasmodique. on lui accorde encore un pouvoir sur les maladies inflammatoires et sur les gens souffrant de pression artérielle à la hausse.

Turquoise : comme le bleu, le turquoise possède des qualités apaisantes. Mais on le recommande surtout pour contrer les douleurs soudaines. Il apparaît également qu’il a un effet sur la régénération du derme.

Vert : on en prône l’utilité dans les cas d’épuisement ou de stress intense. Le vert amène une lucidité considérable et on le recommande dans les prises de décisions. Comme on lui reconnaît également le pouvoir de l’harmonie et de la stabilité, il fait grand effet auprès de personnes émotionnellement perturbées. Enfin, il intervient efficacement pour combattre l’insomnie et stimule l’appétit sexuel.

Jaune : est préconisé pour toute forme de stimulation cérébrale. Il procure énergie, motivation et imagination. Il agit sur le système digestif à titre purgatif tout en maintenant son bon fonctionnement. on lui accorde enfin un effet positif sur le système nerveux.

Orange : d’une grande efficacité dans les problématiques thyroïdiennes, l’orange est aussi utile dans l’élimination des surplus de matières adipeuses. Son caractère antispasmodique agit contre les douleurs musculaires, arthritiques et lombaires. on le recommande aussi dans les cas d’asthme et d’allergie.

Rouge : à éviter auprès des personnes colériques, mais à renforcer auprès de celles qui manquent d’énergie. Le rouge agit dans la stimulation du système sanguin et peut contrer l’anémie. Mais on lui octroie surtout des vertus aphrodisiaques…

Bien sûr, comme dans la majorité des méthodes douces de guérison, la collaboration du patient est essentielle.

La chromothérapie est une approche holistique. une attitude ouverte, positive ainsi qu’une foi dans la technique utilisée sont donc des atouts importants sur le chemin de retour vers l’harmonie et la guérison.

Par sa maîtrise de l’éveil des processus d’auto-guérison intérieurs, le chromothérapeute sensible et «à l’écoute» devient véritablement le trait d’union privilégié entre un élément naturel - les couleurs - et le corps du patient.

Olivier Desurmont

En collaboration avec Stéphane Van Wallendael, praticien et formateur en Chromothérapie et en Géobiologie.

Références : «Se Soigner et Guérir par les couleurs et les Sons» de Jean-Michel Weiss aux Editions du Rocher, «Chromothérapie et luminothérapie » de Dominique Bourdin chez Eyrolles & www.medecines-naturelles.com

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×