Coaching : un accompagnement vers l'autonomie.

Coaching

un accompagnement vers l'autonomie !

 

Le coaching est une branche du mentorat, orientée vers l'accompagnement et l'épanouissement personnel.

D'origine américaine, le coaching est solidement établi dans les pays Anglo-Saxons. Bien que beaucoup plus récemment implanté en Europe, le coaching prend de l'importance en Belgique. Tour d'horizon.

Pour Valérie Moissonnier, vice-présidente de la Fédération francophone de coaching, «le coach facilite l'apprentissage par l'expérience pour acquérir des savoir-faire et travaille avec des forces émergentes - humaines ou organisationnelles - pour capter une nouvelle énergie, du sens, dessiner des visions, des plans neufs et générer les résultats désirés.

C'est une personne formée et dévouée à guider les autres vers davantage de compétences, d'engagements et de confiance en eux.» Même si la francisation officielle du mot «coaching» est «mentorat», deux approches distinguent le coaching : - le lien à des techniques de psychologie, telles que la PNL, l'Analyse Transactionnelle ou la Gestalt-Thérapie ; - le côté marketing de l'emploi du terme anglo-saxon «coaching», qui a pour but de faire apparaître cette activité sous un aspect «dépoussiéré».

Néanmoins, une fois le terme coaching validé, certains praticiens font remonter ces pratiques jusqu'à Socrate...

Le mentorat est légèrement différent, car il suppose de la part de l'accompagnant une position haute, un statut de guide, un «mentor».

Le coach est en position haute sur le processus de changement, mais en position basse sur le contenu pour aider le client à progresser en autonomie.

Coaching, philosophie et psychothérapie. La philosophie est l'une des racines du coaching. Savoir poser les problèmes, trouver par soi-même des solutions variées, faire progresser une façon de voir les choses et la vie, font partie intégrante du coaching comme de la philosophie.

Le coaching diffère de la psychothérapie en ce sens que son champ d'intervention se concentre sur des problématiques individuelles, ou d'entreprise, dans l'ici et le maintenant, avec une projection dans le futur.

Le coach ne «travaille» pas sur le passé de la personne, comme le ferait un psy, ni dans la recherche de causes «profondes» d'une action ou d'un comportement.

Techniques et savoirs-faire autrefois apanage des élites, des hauts dirigeants, puis des hauts potentiels, le coaching se popularise progressivement et tout le monde peut désormais en bénéficier dans un certain nombre de structures et de cas.

Citons quelques approches qui peuvent appuyer la démarche de coaching :

- le coach qui se réfère à l'Analyse Transactionnelle part du principe que le coaché est capable de changer ses croyances sur lui-même, le monde et les autres qui l'empêchent de développer son potentiel.

Les techniques majeures d'intervention sont l'établissement de contrats relationnels, ainsi que l'utilisation du questionnement, d'explications, de liens avec la psychologie et la communication ;

- le coach qui se réfère à la Systémique ne voit pas la personne du coaché comme une entité en soi, mais comme la composante d'un système relationnel : la relation prime sur l'individu.

Au moins deux systèmes sont alors à prendre en compte : le système coach/client et le système client/contexte où le problème se manifeste.

Suivant les approches, les interventions seront différentes : intervention directive, parfois paradoxale [approche de Palo-Alto], identification de processus parallèles, prise en compte du coach comme acteur influent dans la relation, etc… ;

- le coach qui se réfère à la PNL part du principe que le coaché peut «reprogrammer» son cerveau pour parvenir à l'état d'excellence qu'il souhaite. Les techniques majeures d'intervention sont la visualisation de l'état désiré et le questionnement sur le «comment y parvenir ?», le modèle des parties, les déplacements dans l'espace, les stratégies mentales.

Ce que l'on peut attendre d'un coach :

Le coach doit savoir repérer et maîtriser les processus relationnels, c'est-à-dire la façon dont les relations s'établissent et se développent en fonction d'objectifs conscients ou inconscients.

Ceci nécessite une grande maîtrise de la métacommunication, c'est-à-dire se mettre en observateur extérieur de soi-même, de l'autre et de la relation. Il doit avoir fait un important travail de développement personnel afin de ne pas se laisser entraîner dans ses propres «zones d'ombre» lors du coaching.

Si cela arrivait néanmoins, le coach doit aborder cette difficulté auprès d'un superviseur [le «coach du coach» !] et avoir un thérapeute. Le coach «idéal» est en formation continue.

Au niveau de la personne, le coach doit disposer d'une méthode de diagnostic psychologique [notions de psychopathologie] et, à un niveau plus général, il doit savoir traiter certaines problématiques telles que la gestion des «deuils», les jeux de pouvoir et les manipulations.

Une dimension de formateur permet, en outre, d'enseigner au «coaché» certains concepts, ce qui s'avère parfois très utile. Finalement, le coach doit avoir une déontologie, l'afficher et la respecter.

Durée d'une intervention de coaching :

allant d'une seule séance [rare] à plusieurs mois d'accompagnement [plus fréquent], certains coachs demandent une première étape de 2 ou 3 séances avant de s'engager dans la durée.

L'essentiel reste que les choses soient claires au départ et que les limites de la durée du coaching soient convenues.

Selon le coach et la situation, une séance peut durer de 30 min. à 3h, parfois plus. Gare aux arnaques. Avoir un spécialiste à portée de main qui va corriger nos erreurs et nous permettre de progresser ou atteindre nos objectifs, c'est certes efficace… à condition d'avoir réellement un coach compétent !

Car on ne compte plus les spécialistes autoproclamés qui vont souvent prodiguer des conseils farfelus pour des prix exorbitants… Et certains ne se contentent pas de viser notre porte-monnaie : le rapport 2004 de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires [France] sensibilisait ainsi sur les risques liés à de petites structures de coaching ou de formation professionnelle : du coach au gourou, il n'y a parfois qu'un pas… Alors restons vigilants en recherchant un coach !

Olivier Desurmont.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×