Les intestins : notre passeport santé

Les intestins : notre passeport santé !

 

Nous sommes nombreux à voir le rôle des intestins comme étant purement digestif.

Or, la microflore intestinale joue un rôle fondamental dans le fonctionnement du système immunitaire....

Attardons-nous un instant au rôle de ce qui est communément appelé la flore intestinale… L’intestin agit dans notre système de défense de trois manières principales.

La première fait appel à la microflore dite «résidente», qui protège des invasions bactériennes. Ses mécanismes comprennent la compétition pour les nutriments et les sites d’accueil sur la paroi intestinale ainsi que la création d’un environnement hostile aux agents pathogènes, comme par exemple un pH bas.

Deuxièmement, les cellules de la paroi intestinale ne se contentent pas d’absorber les nutriments : elles constituent également une barrière de protection qui empêche la pénétration de substances nocives.

Troisièmement, le système immunitaire des intestins est fait de cellules immunitaires spécialisées. Ces cellules immunitaires ont leurs propres défenses innées, mais déclenchent également la production d’anticorps qui désactivent les antigènes - ou, pour utiliser un terme plus médical «l’agent pathogène invasif» - et en débarrassent le corps.

D’autre part, les bactéries de nos intestins communiquent avec les cellules du système immunitaire gastro-intestinal, ainsi qu’avec le foie, pour coordonner une réponse immunitaire aux antigènes alimentaires et aux micro-organismes pathogènes. Ouf…

Pourtant, à la lecture de cette explication quelque peu hermétique pour les non-initiés, force est de constater que la microflore intestinale est essentielle pour assurer un fonctionnement optimal des mécanismes de protection…

Voyons maintenant le rôle de la microflore dans la digestion : la fonction principale de l’intestin est l’absorption de l’eau et des nutriments. Le rôle spécifique de la microflore intestinale dans la digestion est la fermentation des substances fournies par l’alimentation.

Cette fermentation produit entre autres de l’acide lactique et des acides gras à chaîne courte [acétique, proprionique ou butyrique].

Ces derniers fournissent de l’énergie à la paroi du côlon, améliorent l’absorption de minéraux et influencent favorablement le métabolisme des lipides et des glucides dans le foie. La fonction perturbée, un régime alimentaire déséquilibré, riche en sucres et en graisses, pauvre en fibres alimentaires et en eau, ainsi que l’utilisation d’antibiotiques sont deux des principaux facteurs ayant un effet négatif sur l’équilibre de la microflore intestinale.

Autant la prise d’antibiotiques peut, dans de nombreux cas, être évitée ; autant notre mode de vie «moderne» nous amène bien souvent à ne pas nous nourrir de manière optimale…

En effet, sandwich «sur le pouce», pizzas, crudités industrielles à la cantine du boulot et autres aliments raffinés, non-bio, sont autant de coups de canif à notre contrat «manger-sain» qui ne peuvent pas toujours être évités ! Ces aliments pauvres en fibres et en eau perturbent et ralentissent le transit intestinal, amenant une stagnation.

Les parois extrêmement minces du côlon finissent par s’irriter et se perméabiliser, laissant passer dans le flux sanguin des déchets qui envahissent notre organisme. De nombreux médecins - traditionnels et naturopathes confondus - en conviennent : quantité de maladies ou de malaises, même les plus légers, découlent d’un encombrement intestinal !

La fonction renforcée, nombre d’entre nous ont déjà entendu parler de probiotiques, prébiotiques ou symbiotiques [une combinaison de probiotiques et de prébiotiques], ne fût-ce que par la place de choix qu’ils occupent dans la plupart des magasins d’alimentation naturelle.

Les probiotiques sont des micro-organismes vivants qui, ingérés en quantité suffisante, «favorisent la santé de l’hôte au-delà de la nutrition de base...».

Dans l’alimentation, on les retrouve principalement dans les produits laitiers fermentés.

L’on peut également en prendre sous forme de complément alimentaire.

Les prébiotiques, sont des composants alimentaires non digestibles, qui appartiennent à la famille des fibres et «stimulent la croissance ou l’activité d’un certain nombre de micro-organismes de la flore intestinale», comme les bifidus et/ou lactobacilles.

On les retrouve dans certains légumes comme les oignons, les artichauts, les bananes, la chicorée, les poireaux,… et également sous forme de complément alimentaire.

A vérifier avec son médecin naturopathe ou nutritioniste, mais il semblerait que pour le bon fonctionnement de notre flore intestinale, [et donc, de notre système immunitaire] la prise régulière d’un probiotique et/ou prébiotique serait conseillé à tout un chacun, même si, en apparence, tout va bien ! A bon entendeur…

Ionna Del Sol

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×